>> SPECIAL TABLETTE ET MOBILE Finistère en photo, galerie par commune ou thème #responsive
   >> consultez la version intégrale de mes carnets de voyage et galeries photo à TOILAPOL.NET

>> Cliquer sur les photos pour les agrandir à leur taille originale à partir de novembre 2015.

vendredi 5 août 2016

églises de Saint-Thégonnec et Guimiliau (13 photos)

1) Combien de mes ancêtres se sont mariés, ont été baptisés ou menés à leur dernière demeure dans ces deux églises du pays de Léon ? Commençons par Saint-Thégonnec où se sont, par exemple, mariés Catherine Rioual et Yves Coat le 5 août 1689 juste avant la moisson (voir à la fin de l'article quelques infos à propos de la saisonnalité des mariages). Apparemment, l'ensemble de ces retables n'était pas en place à cette époque. De droite à gauche, on découvre sur cette photo la statue de Saint-Thégonnec (voir la seconde photo ci-dessous), puis une partie du retable du Rosaire (dont l'étage inférieur a été sculpté par le célèbre Jacques Lespagnol de 1696 à 1698 alors que le marché pour l'édification de l'étage supérieur a été passé en 1734) et celui de Notre Dame de Vrai-Secours qui date de 1640, semble-t-il.


2) Saint-Thégonnec dans une niche à volets du XVIe siècle

3) vers le fond de la nef : c'est en 1671, au plus fort de la prospérité toilière, que fut prise la décision de doter l'église d'un grand orgue de tribune. A gauche, niche à volets avec la Vierge de l'Apocalypse encadrée de l'arbre de Jessé
Si cela vous intéresse, vous pouvez consulter la transcription de l'inventaire après décès de mon ancêtre Françoise Picard, tisserande, décédée en 1703 à Pleiber Saint-Thégonnec (Pleyber-Christ, aujourd'hui), paroisse voisine. On considère qu'il y a une certaine aisance à partir de 1000 livres de patrimoine.

4) de droite à gauche, le retable de St-Jean Baptiste et plus loin le retable du Saint-Sacrement

5) niche à volets avec la Vierge de l'Apocalypse encadrée de l'arbre de Jessé, à droite

6) la chaire à prêcher, superbe

7) détails de la chaire

8) dans la crypte de l'ossuaire : La mise au tombeau sculptée par Jacques Lespagnol, de Morlaix, au tout début du 18e siècle. Pas facile à photographier : pas de recul, plafond bas, lumière...je n'avais pas de très grand-angle avec moi et j'ai pris 6 photos (3 pour le haut des personnages, 3 pour le gisant) assemblées ensuite dans affinity photo

8bis) en une prise. Infos à propos des personnages

9) maintenant visitons l'église de Guimiliau avec notamment les retables de Saint Miliau et de Saint Joseph.

10) ici aussi, un orgue magnifique. Beaucoup d'orgues du Pays des Enclos Paroissiaux, comme à Sizun, ont été installés par la dynastie des Dallam ou leurs "élèves"

11) détail du retable de Saint-Joseph : Saint Yves entre le riche et le pauvre, le saint patron des avocats et des légistes, et sur la droite, Saint Hervé, son loup et son petit guide

12) la chaire

13) Saint Éloi, le saint patron des maréchaux-ferrants


Autrefois, on ne se mariait pas (sauf urgence... évidente) pendant le carême, l'avent, ni pendant les périodes de gros travaux des champs tels que la moisson. Dans son livre «vie et mort des Bretons sous Louis XIV » Roger Leprohon met en évidence ce mouvement saisonnier à partir de l'étude de certaines paroisses et notamment celle de Saint-Thégonnec dont vous pouvez voir le graphique ci-dessous. En août, a lieu la moisson du froment et du seigle, alors qu'en septembre la moisson du blé noir demande aussi beaucoup de main-d'œuvre.


C'est sûr que les convives d'une noce à cette époque ne devaient pas être trop aptes à faire la moisson le lendemain à en juger par quelques témoignages ((j'ai croisé un tel qui revenait de la noce et bizarrement, il n'était pas complètement bourré) relatifs à l'enquête menée au sujet de la mort du père du marié au cours de la noce de deux de mes ancêtres en 1764 voir la transcription d'extraits de la liasse que j'ai trouvée aux archives départementales à ce sujet comportant notamment l'autopsie, les témoignages, le jugement et... le pardon accordé par la famille du défunt.

Euh.... Celui qui a tué le père du marié s'appelle.... Kerrien... Évidemment, j'ai cherché un peu son ascendance et je n'ai pas trouvé de relation avec mes ancêtres Kerrien de l'époque, meuniers et/ou fourniers à Carantec (paroisse proche), et impossible de remonter plus loin, faute d'archives




4 commentaires:

  1. Un superbe reportage, bien documenté, de surcroit !
    Tu avais un pied, j'imagine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Michel ;) oui, j'ai utilisé mon trépied pour toutes les photos présentées ici, à part la mise au tombeau "panoramique" pour laquelle j'ai pris les six photos "à la volée".

      Supprimer
  2. Bonsoir Paul,
    A mon retour, je reviendrai lire plus attentivement tes informations qui sont intéressantes.
    Pour avoir photographié l'intérieur de ces 2 églises, je trouve tes photos superbement bien cadrées et très claires.
    A bientôt.

    RépondreSupprimer
  3. Je viens de lire ton post qui est une mine d'information.
    En lisant la transcription de l'affaire Leroux, on s'aperçoit combien l'orthographe de la langue Française a évolué.
    Ce pardon de la famille est étonnant :)
    Dans ma généalogie bretonne, les dates de mariage sont souvent en novembre mais aussi Avril, Juillet, Octobre. Je pense que cela devait dépendre des métiers.
    Certains de mes ancêtres ont été meunier, maréchal, forgeron, cultivateur et d'autres métiers.
    Merci pour toutes ces renseignements Paul.
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer

NO SPAM ! COMMENTS ARE MODERATED AND "NO FOLLOW"

Merci beaucoup d'avoir pris le temps de laisser un commentaire.
Les commentaires étant modérés, le votre n'apparait donc pas immédiatement.

Au revoir et merci beaucoup de vos visite et commentaire éventuel. auteur de ces photos : © Paul Kerrien sauf, évidemment, indication dans le post ou la page.
pour info : à compter d'octobre 2013 la première photo de chaque post est également automatiquement publiée sur 500px, flickr en plus de facebook et de twitter.