>> SPECIAL TABLETTE ET MOBILE Finistère en photo, galerie par commune ou thème #responsive
   >> consultez la version intégrale de mes carnets de voyage et galeries photo à TOILAPOL.NET

>> Cliquer sur les photos pour les agrandir à leur taille originale à partir de novembre 2015.

lundi 27 juin 2016

visite de la minoterie de Kergaeric à Pont De Buis (8 photos)

1) lors des journées du patrimoine de pays et des moulins, je me suis présenté à la porte du moulin, ou plutôt de la minoterie,de Kergaeric à Pont De Buis que l'on voit en contrebas de la voie express quand on va de Quimper à Brest à 1 km environ après avoir franchi la Douphine juste à son confluent avec l'Aulne.
 il n'y avait personne quand je suis arrivé mais le chien du meunier,  de l'autre côté du bassin de retenue, a sonné l'alarme et une dame est arrivée et à laquelle j'ai  dit mon  souhait de visiter le moulin.  une minute plus tard, l'ancien meunier est arrivé en passant sur la passerelle franchissant le bassin de retenue. J'étais son premier visiteur de la journée et il avait l'air content. Je lui ai tout de suite expliqué mon intérêt pour les moulins à cause de mes nombreux ancêtres meuniers  et/ou fourniers (qui autrefois cuisaient dans le four banal le pain préparé par les fermières des environs ou de la banlieue… moulin banal, four banal, banalité… nuit du 4 août…) du côté de mon grand-père paternel qui était lui-même boulanger, marchand de farine et de son.
Ici,  pas de meules,  mais des appareils à cylindre plus modernes et plus efficaces mais fournissant une farine moins diététique et nutritive selon certains avis. À l'intérieur de ces appareils, grosso modo, il y a deux cylindres striés tournant l'un contre l'autre afin d'écraser les grains entre eux,  vraiment grosso modo,  l'explication...  ces 4 appareils se déclinent  en broyeur, claqueur et convertisseur pour obtenir une farine de plus en plus fine.


2) Cette minoterie n'est plus exploitée depuis environ 30 ans. Comme sur la première photo, vous pouvez voir des tubes, beaucoup de tubes. Ce sont les tubes du système pneumatique du circuit de transport des grains et de la farine qui a remplacé  un système plus ancien de transport des grains et de la farine par godet à l'intérieur de conduit en bois. Sur la première photo on voit d'ailleurs des tubes « branchés » sur des  anciens conduits en bois. nous somment au premier étage au-dessus des appareils à cylindre et en dessous du plansichter.

3)  À l'étage au-dessus, le plansichter, une espèce de coffre de bois à l'intérieur duquel sont empilés des tamis de plus en plus fin afin de trier le son et les différents stades de la mouture, semoule, farine. Ce plansichter  est suspendu, souvent par des baguettes en bois, ici il semble que ce soit des câbles, afin de rester mobile… et l'ancien meunier m'a proposé de le mettre en route après m'avoir montré toute une série de tamis allant du plus grossier en métal jusqu'au plus fin en nylon.

4)  J'ai fait en sorte que la vitesse d'obturation ne soit pas trop rapide afin de pouvoir  mettre en évidence le tremblement du plansichter. Je devais avoir six ou sept ans quand j'ai visité  le moulin d'un client de mon père et le tremblement de plansichter  m'avait beaucoup impressionné (voir une vidéo ici).  selon le tri fait par les tamis, le grain plus ou moins moulu retourne faire un tour par les tuyaux dans les appareils à cylindre.

5)  encore un étage et nous sommes sous le toit avec notamment des machines pour nettoyer le grain des petits cailloux et autres insectes non désirés, etc.

6)  partout des courroies, traversant même les planchers, pour faire tourner toutes ces machines à la seule force hydraulique. Près de la fenêtre, on voit un tamis très, très grossier. 

7)  descendons au sous-sol pour voir la turbine, moins impressionnante et poétique qu'une roue à aube ou à pirouette mais sûrement plus efficace.

8)  l'ancien meunier a été fier de me présenter les maquettes des différents types de moulins qu'il a réalisées.  On a encore discuté quelques instants,  et il  m'a notamment expliqué qu'à la fin de sa carrière, la rentabilité  de la minoterie n'étant pas vraiment formidable, il a dû  y adjoindre une activité de revente, de grossiste. Un jour, voulant tester un boulanger qui autrefois utilisait sa farine et qui était passé à la [soit disant] "meilleure" farine des Grands Moulins de Paris pour lesquels  il faisait office de grossiste, il a transvasé dans des sacs marqués à son nom de la  farine des Grands Moulins de Paris...  Evidemment,  le boulanger a trouvé cette farine [soit disant] "artisanale" nettement moins bonne que la farine industrielle des Grands Moulins de Paris qu'il utilisait dorénavant.  L'habit ne fait pas le moine mais le sac de farine ferait-il la farine ? 

J'ai eu un peu l'impression de le sortir de sa sieste quand je suis arrivé et je n'ai pas osé rester trop longtemps  notamment pour faire les photos surtout prises à des fins documentaires  avec un éclairage pas évident et peu de recul parfois.  J'aurais bien aimé prendre mon temps, en utilisant le trépied, pour faire une sorte d'urbex  de cette industrie artisanale pratiquement disparue. J'aurais bien aimé par exemple photographier la grosse machine à coudre qui servait  à confectionner les sacs de toile pour livrer la farine, le pochoir au nom de la minoterie pour en peindre le logo la réclame sur les sacs de toile, capter des détails des anciennes machines, etc.

Mais bon,  j'ai beaucoup apprécié cette visite.  si le sujet vous intéresse, voici une autre vidéo qui me plaît bien. 

C'est là :

1 commentaire:

  1. Superbe reportage avec des explications et des liens intéressants.
    C'est une véritable usine.
    Dans ma généalogie, j'ai également un ancêtre qui était meunier du côté de Briec.
    Belles photos en N&B.

    RépondreSupprimer

NO SPAM ! COMMENTS ARE MODERATED AND "NO FOLLOW"

Merci beaucoup d'avoir pris le temps de laisser un commentaire.
Les commentaires étant modérés, le votre n'apparait donc pas immédiatement.

Au revoir et merci beaucoup de vos visite et commentaire éventuel. auteur de ces photos : © Paul Kerrien sauf, évidemment, indication dans le post ou la page.
pour info : à compter d'octobre 2013 la première photo de chaque post est également automatiquement publiée sur 500px, flickr en plus de facebook et de twitter.